\ Quentin Scandela

Menu

LOW-TECH

//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//

\ Les low-tech pour ré-évaluer nos modes de vie ?

Quelque chose de low-tech est utile – dans le sens où il répond à des besoins essentiels -, durable – car robuste, réparable, fonctionnel, sobre et pensé le plus possible de manière renouvelable et locale -, et accessible – économiquement et techniquement -. En plus de ces trois piliers aguicheurs, la low-tech me parait être une bonne manière de questionner nos usages en profondeur par le faire et l’expérimentation. C’est également un moyen de diminuer sa consommation énergétique et de la remettre en question. Parce qu’elle peut toucher de nombreux domaines (alimentation, accès à l’eau, habitat, énergie, hygiène…), la low-tech me parait être une voie importante pour réévaluer nos modes de vie face à l’urgence climatique et aux nécessaires transformations que nous devons mettre en place dans notre société. C’est enfin un beau moyen de se réapproprier des savoirs qui sont très souvent opaques et fermés, car considérés dans l’imaginaire collectif comme étant dédiés aux ingénieurs ou techniciens maitrisant les technologies. Avec les low-tech, on ouvre, on découvre, on apprend, on test, on questionne, on change de regard et d’habitudes…!

\ Four Solaire

Du bois, du métal, de l’isolant, un peu d’huile de coude, deux vitres et du soleil.
Voilà, vous avez un four qui se passe d’électricité ! Alors certes, il ne peut pas fonctionner tous les jours. Et oui, le temps de cuisson est plus long. Mais une fois fabriqué, ce four permet de cuire des aliments sans énergie autre que le soleil – qui est encore gratuit ! 
Peut-être faudra-t-il revoir son planning pour cuisiner et enfourner plus tôt ? Peut-être que la météo changera soudainement et qu’il faudra revoir ses plans ? Mais peut-être aussi que le four traditionnel restera là à la rescousse, pour l’instant ! Et à chaque fois que vous vous en passerez, ce sera toujours un peu d’énergie, de CO2 et d’argent économisés.

Merci à Entropie pour les plans !
La fabrication m’a couté environs 130 euros.
Une possible amélioration du four serait de peindre la cuve métallique en noir avec une peinture alimentaire résistant aux hautes températures (110°C), afin de concentrer davantage encore la chaleur de soleil et d’accélérer la cuisson.
Il existe aussi d’autres typologies de fours solaires, comme les fours paraboliques, dont Solar Brother propose un tutoriel facile. Il ne reste plus qu’à les comparer !

\ Expérimentations à venir

\ Ressources

Voici quelques ressources à explorer pour en apprendre davantage sur les low-tech :

//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//\\//

Mots-clés : low-tech, fabrication, expérimentations, open-source, alternative écologique, sensibilisation au dérèglement climatique, nouveaux imaginaires.